Vous êtes ici : Accueil FRActualités

Colloque "Normes d’emploi et situations de travail face aux régulations marchandes et politiques"

Publié le 13 janvier 2014

Colloque international organisé dans le cadre du projet ANR "ZOGRIS".

Date(s)

du 16 janvier 2014 au 18 janvier 2014

Lieu(x)
Université Paris-Dauphine (16/01)
Place du Maréchal de Lattre de Tassigny, Paris
Salle A 709

Université Paris-Est Créteil Val de Marne (17/01)
61, avenue du Général de Gaulle, Créteil
Bâtiment P, Salle des thèses

Cnam (18/01)
2 rue Conté, Paris
Salle des Conseils, accès 37, 1er étage
Présentation
La manifestation scientifique internationale intitulée « Normes d’emploi et situations de travail face aux régulations marchandes et politiques : la globalisation vue du Nord et vue du Sud » constitue une étape significative dans une réflexion pluridisciplinaire et transversale, animée par une équipe de chercheurs internationale. Au-delà des aspects conjoncturels de la crise économique et financière, qui depuis 2008 marque durement les économies jugées jusque-là comme les plus compétitives, la mondialisation néolibérale et les évolutions du système productif contribuent depuis plus longtemps à des tendances de flexibilité généralisée sur les marchés du travail, quels que soient les pays. De ce point de vue, les inégalités dans et par l’emploi se transforment aussi bien dans des sociétés qui connaissent une certaine croissance, comme au Brésil, que dans les sociétés du Nord, comme la France ou les États-Unis. Les marchés du travail sont marqués par une diversification des temps, des lieux et des modes de production qui induisent une transformation des rapports sociaux. Ce colloque scientifique international comparera l’évolution des relations d’emploi, à partir de plusieurs perspectives problématiques et ce dans les métropoles des Amériques et de l’Europe, notamment dans trois pays : la France, le Brésil, les États-Unis.

Du fait de ces évolutions, penser la gestion des différentes catégories d’actifs face au travail dans des politiques ou au moins dans le contexte de multiples régulations - nationales, régionales, ou, métropolitaines - s’avère indispensable pour comprendre les recompositions à l’œuvre. L’approche comparative vise à dépasser les contextes nationaux, à repenser les configurations démocratiques, à évaluer les mobilisations de ressources dans les situations de travail (salariat, stage, auto-entreprenariat, détachement intérim…). Une problématique comparative des travaux met en évidence les mutations des formes d’emploi (flexibilité des horaires, des tâches, nature des contreparties sociales associées dans les contrats). Des formes qui tendent à apparaître d’un pays à l’autre peuvent attester de caractéristiques apparemment semblables ou non. L’évolution des espaces d’’autonomie au sein d’une relation de subordination dans l’emploi, en est un exemple. Il faut saisir en même temps les dynamiques d’émergences de formes nouvelles du travail individuel et collectif, souvent en relation en relation avec des formes innovatrices de régulation, comme l’auto-gouvernance.

> télécharger le programme