Accès direct au contenu

UPEC

Institut des mondes anglophone, germanique et roman

logo_pdf

IMAGER > Actualités > Appels à communications


Appel à communication "Penser et écrire le bonheur dans l’espace germanophone (XVIIe-XXe siècles)"

  • Version pdf
  • Imprimer la page
  • Envoyer à un ami
  • Partager

Recherche, Culture scientifique et humanités

Appel à communication, Actualités scientifiques

Du 1 décembre 2015 au 26 janvier 2016

Appel à communication dans le cadre du colloque international "Penser et écrire le bonheur dans l’espace germanophone (XVIIe-XXe siècles)" du 19 au 20 mai 2016, co-organisé par Sylvie Le Moël, enseignant-chercheur à l'Upec et membre d'Imager.

Logo Imager
♦ Présentation
À supposer que le bonheur puisse être considéré comme une aspiration universelle, les modes de sa représentation et les discours théoriques tout comme les expressions fictionnelles qui s’y rattachent s’inscrivent dans différents systèmes philosophiques, religieux ou idéologiques structurant les différentes cultures ou produits par elles. Le colloque organisé par le CAECE (Culture Allemande dans l’Espace Culturel Européen) se propose d’étudier l’interaction entre les interprétations d’ordre littéraire et philosophique de la notion de bonheur dans l’espace germanophone en s’intéressant également aux variations de terminologie (usage et métamorphose de différents vocables et métaphores) qui les accompagnent. Il vise à mettre en perspective les mises en forme textuelles de la pensée du bonheur et de sa mise à l’épreuve au sein de l’espace germanophone sur un temps long (XVIIe-XXe siècles) en croisant la perspective de l’histoire littéraire et celle de l’histoire des idées.
En inscrivant la réflexion dans un temps long intégrant des contextes historiques variés, présupposés favorables (par exemple les Lumières) ou au contraire hostiles (les catastrophes du XXe siècle), le colloque entend revisiter l’opinion répandue selon laquelle la culture germanophone serait globalement peu perméable à cette notion. La réflexion portera sur une période partant de l’époque moderne (frühe Neuzeit) et s’achevant à la fin du XXe siècle : comment penser et écrire le bonheur dans un espace souvent affronté à la violence de l’histoire (de la guerre de Trente Ans aux contextes totalitaires contemporains), et de ce fait exposé à des conflits de nature confessionnelle, puis idéologique qui ont marqué de leur empreinte les aires culturelles germanophones.
Envisagées dans ce temps long, la pensée et l’écriture du bonheur dans l’espace germanophone s’inscrivent comme toute la culture occidentale dans la référence conjointe à la philosophie antique et à la pensée chrétienne, concurrentes et complémentaires, intégrées comme héritage ou faisant l’objet de contestation voire de rejet. Dans le rapport complexe et mouvant à ce double ancrage, la représentation du bonheur, au plan individuel ou collectif, peut se décliner en un art de (sur)vivre, en une prescription ou en un projet voire en une utopie. Elle pose par ailleurs la question du lien entre la dimension physique et psychique, mais aussi entre pensée de l’immanence et de la transcendance. À cet égard, le questionnement des Lumières constitue sans doute un tournant, dans la mesure où le bonheur acquiert une valeur performative dans la perspective d’un projet collectif en lien avec l’émergence de la philosophie de l’histoire.

♦ Thèmes à aborder
On s’interrogera sur la fonction subversive ou au contraire régressive de la notion de bonheur et sur ses enjeux de nature cognitive et affective dans la pensée et l’écriture dans l’espace germanophone en ces différents contextes. L’inscription de la problématique dans des questionnements articulant l’histoire des idées et l’étude littéraire devrait permettre de s’interroger entre autres sur le rôle joué par la pensée néo-stoïcienne et sur la pertinence de la catégorie de la sécularisation dans la construction et les métamorphoses de la notion. Le colloque se penchera conjointement sur les stratégies d’écriture en lien avec la démarche réflexive sur les promesses et les apories de la pensée du bonheur, sur leur inscription dans la tradition poétique (par exemple l’héritage anacréontique) ainsi que sur leur contribution au croisement et à la perméabilité des genres (par le biais entre autres du roman et de la lettre philosophiques).

♦ Les propositions de communication
Les propositions de communication en français ou en allemand (250-300 mots), accompagnées d’une brève notice biobibliographique, sont à envoyer d’ici le 20 janvier 2016 à Sylvie Le Moël sylvie.lemoel@u-pec.fr et Elisabeth Rothmund rothmund@u-pec.fr

> Télécharger l'appel à communication [PDF - 94 Ko]

Documents à télécharger

mise à jour le 20 janvier 2016

Université Paris-Est Créteil Val de Marne (UPEC) Université Paris-Est

Université Paris-Est Créteil Val de Marne

Faculté des lettres, langues et sciences humaines
Institut des mondes anglophone, germanique et roman (IMAGER)
61, avenue du Général de Gaulle
94010 Créteil
recherche-llsh@u-pec.fr